Suite Victor Andrieux

Ouvert à la fin du mois d'août 1943 à la suite des bombardements du centre de recherche des fusées V2 (fusées très puissantes de 350 Km de portée lancées sur l'Angleterre à partir de septembre 1944), ce camp souterrain situé à Kohnstein au sud du Harz, avait pour mission l'assemblage desdites fusées? Les déportés y étaient exploités dans des conditions inimaginables? ils étaient ainsi enfermés jour et nuit dans les tunnels, et, à cause d'atroces conditions de vie et de travail, mouraient pour nombre d'entre eux au bout seulement de quelques semaines ! Devant l'avancée des troupes alliées, les SS décidèrent l'évacuation du camp de Dora devenu autonome depuis octobre 1944. Les évacuations vers Bergen-Belsen commencèrent dans des conditions dantesques? Les déportés qui rallièrent le camp de Bergen-Belsen à pieds et qui ne pouvaient plus suivre le rythme étaient abattus par les SS, d'autres furent entassés dans des wagons à « ciel ouvert »? Le camp de Bergen-Belsen était l'apologie de la honte ! Les déportés, dont Victor Andrieux, étaient livrés à eux-mêmes, sans nourriture et sans eau? Ils devenaient de véritables « cadavres ambulants » se déplaçant tels des fantômes? Des milliers de corps sans vie jonchèrent rapidement ce sol.

Les troupes anglaises libérèrent le camp le 15 avril 1945 ; malgré les soins qui lui furent prodigué, Victor Andrieux décéda le 22 avril à l'âge de 47 ans sans avoir pu revoir sa famille et son pays. Sur les 999 malheureux formant le convoi au départ de Compiègne, 387 étaient morts ou portés disparus.

Sources : Livre mémorial sur les déportés des Côtes du Nord de Marie-Pierre et Pierre Klein & l'aimable concours de Mme Germaine Giacopelli (fille de Victor Andrieux)